En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Sciences de la Vie et de la Terre

Risque infectieux et protection de l'organisme

Par NOEMIE ALCOVER, publié le mardi 8 octobre 2013 22:42 - Mis à jour le mardi 8 octobre 2013 22:42

Risque infectieux et protection de l’organisme

  • L’organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de micro-organismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Ils se transmettent de différentes façons d’un individu à l’autre directement ou indirectement. Ils franchissent la peau ou les muqueuses : c’est la contamination.

 

  • Après contamination, les microorganismes se multiplient au sein de l’organisme : c’est l’infection.

 

  • Ces risques sont limités par la pratique de l’asepsie et par l’utilisation de produits antiseptiques.

 

  • Des antibiotiques appropriés permettent d’éliminer les bactéries. Ils sont sans effet sur les virus.

 

  • L’organisme reconnaît en permanence la présence d’éléments étrangers grâce à son système immunitaire.Une réaction rapide – la phagocytose, réalisée par des leucocytes – permet le plus souvent de stopper l’infection. D’autres leucocytes, des lymphocytes spécifiques d’un antigène reconnu se multiplient rapidement dans certains organes, particulièrement les ganglions lymphatiques.

 

  • Les lymphocytes B sécrètent dans le sang des molécules nommées anticorps, capables de participer à la neutralisation des microorganismes et de favoriser la phagocytose. Une personne est dite séropositive pour un anticorps déterminé lorsqu’elle présente cet anticorps dans son sang.

 

  • Les lymphocytes T détruisent par contact les cellules infectées par un virus. Les réactions spécifiques sont plus rapides et plus efficaces lors de contacts ultérieurs avec l’antigène.

 

  • La vaccination permet à l’organisme d’acquérir préventivement et durablement une mémoire immunitaire relative à un microorganisme déterminé grâce au maintien dans l’organisme de nombreux leucocytes spécifiques.

 

  • Une immunodéficience acquise, le SIDA, peut perturber le système immunitaire. Un test permet de déterminer si une personne a été contaminée par le VIH.

 

  • L’utilisation du préservatif permet de lutter contre la contamination par les microorganismes responsables des infections sexuellement transmissibles (IST) notamment celui du SIDA.
Pièces jointes
Aucune pièce jointe